Manifestations : Quel équipement, quel comportement ?

Quel équipement choisir, et quel comportement adopter lors des reportages sur des manifestations « animées » ?
C’est une question que je me suis posé, lors de mes premiers reportages sur ce type de manifestations, je n’ai jamais trouvé de réponses satisfaisantes sur internet.
Mes conseils ne sont donc basés que sur mes expériences, ils peuvent être incomplets, inexacts. N’hésitez pas à faire part de vos astuces personnelles dans les commentaires.

Quel équipement ?

Un casque :
Il est l’un des éléments indispensables, au vu de la quantité d’objets improbables qui survolent votre tête dans ces moments là.
Il n’est pas nécessaire de le porter en permanence, mais mieux vaut anticiper les réactions, même si les photographes et autres médias ne sont pas systématiquement la cible des projectiles.
Certains portent un casque de motos, d’autres des casquettes coquées, évitez le casque de chantier, vous risquez d’être mal à l’aise, et puis aux côté des policiers… Bon, je ne vous fais pas de dessin !

Pour ma part, j’ai opté pour un casque de ski, plus léger qu’un casque de moto et surtout moins coûteux. (Une vingtaine d’euros dans votre magasin de sport préféré !)

web_MG_0947

Concernant le marquage »PRESSE », il n’est bien entendu pas obligatoire, mais il évite une confusion de la part des CRS, gendarmes mobiles et autres représentants de la loi qui, dans ces moment là, n’ont pas toujours le temps de distinguer qui est qui. Et gardez à l’esprit que pour ces derniers, un ou plusieurs boitiers, plus un sigle presse sur le casque (ou ailleurs !) ne suffit parfois toujours pas à la reconnaissance !!

Le port du casque peut éviter ce genre de déconvenue (Grenade lacrymogène en tir tendu, explosion au niveau de la tête) :

web_MG_4187

Lunettes de protection : Pour vous protéger de certains éclats, de certains projectiles, mais aussi ralentir l’effet des gaz lacrymogènes et bloquer les gels lacrymos. Vos yeux sont vos outils de travail, vous n’en n’avez que deux (peut-être plus si vous habitez à La Hague ou aux alentours de Tchernobyl…), mieux vaut en prendre soin.
Évitez les lunettes de piscine, surtout si vous avez choisis l’option casque de chantier à l’étape précédente.

Pour ma part, j’ai opté pour des lunettes de protection au teint neutre, mais les aérations les rendent inefficaces aux gaz lacrymos. Vous pouvez vous les procurer dans la plupart des magasins de bricolages (Magasins ou vous pourrez vous faire des amis si vous y allez avec votre casque de chantier.)
Je n’utilise que très rarement les lunettes, n’étant pas à l’aise. (Oui, c’est contradictoire à ce que j’écrivais quelques lignes plus haut !)
(Mise à jour Mars 2016 : J’ai depuis changé de modèle de lunette de protection pour des lunettes de ski, avec un « joint » en mousse et non plus en plastique, qui avait tendance à m’écraser l’arrête du nez. Pensez aussi aux lunettes de piscine, vous n’aurez pas l’air forcément plus fin, mais c’est une solution efficace, certains collègues y ont recours…)

web_MG_0951

Le sérum physiologique :
Cela ne prend pas de place, ne coute pas cher, et est utile à tout le monde. Efficace pour le soulagement des douleurs oculaires liées au gaz lacrymo. Pensez à en prendre plusieurs pour vous, mais aussi pour les autres. (manifestants, collègues, ou vos nouveaux amis, vous savez, ceux avec le casque de chantier…)
Un dose de sérum phy’ ouverte est une dose qui ne se conservera pas, alors faites tourner.
Vous vous en procurerez pour environ 4.50€ les 30 dosettes.

J’ai pu voir d’autres techniques de soulagement des douleurs nasales, oculaires et respiratoires liées au gaz lacrymo, ne les ayant jamais testées, je ne peux les approuver, mais au cas-où, les voici, dans le désordre : Du coca-cola, de l’eau citronnée, du lait…

WEB_MG_0957

Divers :

– Le choix du sac : Le mieux est d’être équipé d’un sac qui permet de sortir/ranger rapidement son matériel. Ce choix est plutôt personnel, en fonction de votre matériel. Gardez à l’esprit qu’il vaut mieux un sac léger, passe partout,  sans compromettre la sécurité du contenu.
– Le choix vestimentaire : Je vais passer les détails « chaud en hiver, léger en été ». Certaines personnes préfèrent doubler les couches, afin de minimiser les dégâts en cas de tirs (perdus ou volontaires) d’équipements tels que les flashballs, les grenades de désencerclement,…
– Une solution désinfectante : Pour vous, pour les autres,…

Quel comportement ?

Il est primordial de ne pas « gêner » les manifestants en les photographiant de manière reconnaissable, qu’ils soient bien intentionnés ou non. Demandez, au maximum, lorsque c’est possible l’autorisation aux personnes vous souhaitez faire un gros plan, un portrait.
Concernant les forces de l’ordre, même problématique, même si eux n’ont en théorie rien à se reprocher, c’est parfois différent dans la pratique, et leur réaction n’est pas forcément plus courtoise que celle des manifestants.

web_MG_4859

Gardez à l’esprit que vos photos peuvent être responsables de l’incarcération potentielle des personnes qui y figurent, si celles-ci commettent des actes répréhensibles et ce même si vous ne fournissez pas vos photos aux forces de l’ordre, qui se les procurent par leurs propres moyens. Faites donc très attention à votre façon de prendre la photo.

Si une situation dégénère, regroupez-vous avec d’autres photographes/médias, ou éloignez-vous du secteur.

webMANU1854

Bien souvent sur ce type de manifestations, les belligérants n’apprécient pas forcément la présence des médias (ou n’apprécient pas les médias !). Vous allez me dire que vos photos ne sont pas destinées aux médias, que vous faites ça pour le fun, votre site, votre galerie Flickr, certes, mais ce n’est pas écrit sur vous !
Des situations parfois tendues peuvent donc éclater, tentez de les tempérer en expliquant votre démarche, votre façon de travailler, vos précautions de publication,… Bien que vous n’en n’ayez pour la plupart du temps pas le temps, essayez d’y penser.

Je pense avoir dis tout ce que je voulais, je mettrais cet article à jour en cas d’oubli, d’évolution de ma façon de faire (qui n’est pas forcément la meilleure, à vous de vous adapter à votre environnement, aux conditions,…)
N’hésitez pas à donner vos tips, via les commentaires, ça peut servir !

A bientôt sur une manif’ ? 😀

A voir

Sur le tournage de « The Student »

J’ai eu le plaisir d’être le photographe de plateau sur le tournage du court métrage …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *